AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous revenons en force après le fêtes. D'ailleurs joyeux réveillon et Noël à tous/toutes.

Partagez | 
 

 (lys&jem) périmés nos idylles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jem Williams
vendeur de rêve en herbe
avatar

- WORDS : 82

OKAY? OKAY
desires of the moment: tout plaquer.
contact book:
availability: 2/2.

MessageSujet: (lys&jem) périmés nos idylles.   Mer 21 Déc - 16:43


lys & jem
PÉRIMÉS NOS IDYLLES.

jem c'est le seul qui vend sa merde près du port. il s'assoit dans un coin, entre deux rues sombres et étroites où personne n'ose jamais mettre les pieds. il s'installe sur une caisse en bois oubliée depuis longtemps, c'est dans celle-là qu'il a d'ailleurs trouvé son chaton. et il attend. il peut attendre pendant des heures, ça ne l'ennuie jamais, c'est comme une seconde nature chez lui, et puis ça fait partie du métier. t'façon, faut pas attendre bien longtemps généralement. il y a toujours deux ou trois drogués qui traînent dans les parages, qui cherchent l'eau, pour la regarder, s'oublier, y nager. jem aussi adore l'eau, mais seulement avec les yeux. la mer, les vagues qui dansent puis s'écrasent le fascine, sauf que voilà, gamin personne ne lui a jamais appris à se lancer. sa mère était trop occupée à se cacher, son père à se défonçait quand il passait pas son temps à le frapper. et personne n'a jamais cherché à l'éduquer vraiment. il allait pas à l'école, préférait traîner dans le quartier avec les copains, si bien que maintenant, il sait à peine lire quelques mots et écrire quelques phrases. par contre, les chiffres, il connaît bien. quand tu vends des herbes et des pilules, tu comprends sur le tas. c'est son gagne pain, pas le choix. on l'arnaque pas. les gens qui touchent à ça le connaissent bien, en général, ils cherchent même pas. sauf quand ils ont plus d'argent, qu'ils sont au fond du trou, au bord du gouffre, qu'ils ont besoin d'une dose pour pas se sentir crever, mais jem ne fait pas d'avance. il ne donne jamais sans rien en retour. c'est l'avantage à pas se droguer à son tour, on sait pas ce que ça fait. les tremblements, les craquements et les hurlements, on a pas pitié, car on sait pas ce qu'on ressent. on sait pas à quel point ça fait mal, ça abîme, puis ça détruit. jem est bien content, même si parfois, il a juste envie de la plonger la main dans le sachet et de se défoncer jusqu'à crever jusque là, il a toujours su résister. alors qu'il finit une transaction avec un habitué, une gamine, haute comme trois pommes débarquent de nul part. jem ne l'a connaît pas, il ne l'a jamais vu non plus, pourtant il connaît tout le monde dans ce milieu, y'a pas des tonnes de revendeurs à st-mawes. elle s'avance, le pas félin, le sourire coquin. il lui donne quinze ans, peut-être seize. elle se donne du mal pour en paraître vingt, elle est maquillée, trop pour son visage de poupée. une minijupe trop déchirée et des talons qui claquent fort sur le bitume. elle semble pas défoncée. pas encore. — « qu'est-ce que tu cherches? »

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leonie Milkovich
LAIR OBSCUR
avatar

- WORDS : 57

OKAY? OKAY
desires of the moment:
contact book:
availability: open bar

MessageSujet: Re: (lys&jem) périmés nos idylles.   Lun 26 Déc - 23:43

à l'instant où léo s'endort, c'est lys qui s'éveille. au fond, la blonde ne dort jamais. elle est toujours animée, par l'une de ses personnalités. y'a cette gamine angélique, qui programme minutieusement son réveil pour le lendemain, qui ouvre son livre une fois dans son lit et qui s'endort avec son doudou au creux des bras. puis, au beau milieu de la nuit, c'est le démon qui possède. qui réveille. qui prétexte une insomnie. lys, elle a l'corps en sueur. elle manque de s'cogner en se relevant trop brutalement, elle a chaud, elle a besoin d'air, et de came. elle n'voit plus que ça. ses yeux brillent, les larmes lui montent, la haine la gagne. elle s'sent tremblante, qui vacille. elle a des vertiges, elle a l'coeur qui bat vite. très vite. trop vite.

dans sa tête, y'a qu'une image de poudre qui lui vient. ce pochon, elle en rêve. elle en veut. elle en a besoin. c'est pas un désir quelconque, c'est quelque chose qui va lui permettre d'se calmer. quand elle jette un coup d'oeil sur son réveil, il affiche 01:55. lys, elle s'en fiche. elle vit la nuit. et sa journée s'termine à l'aube. la belle quitte sa chambre pour la salle de bain, prenant le plus de précaution possible pour ne pas réveiller sa mère qui dort dans la pièce d'à côté. elle se prépare quelques minutes et quitte sa maison. dans sa tête, y'a qu'une image de poudre qui lui vient. ce pochon, elle en rêve. elle en veut. elle en a besoin.

ses talons claquent sur l'béton armé d'une ville endormie. y'a qu'le vent qui souffle, et qui fait voler ses cheveux qui laissent découvrir un décolleté plongeant. dans sa jupe trop remontée, lys s'avance vers un mec dans la pénombre. c'est un dealer. elle le sait. quand il lui demande c'qu'elle cherche, elle roule des yeux. "la politesse." répond-elle avec insolence. "quand un nouveau client susceptible de te devenir fidèle vient à toi, c'est conseillé de le saluer." ajoute-t-elle, avant de passer une main dans ses cheveux, l'air d'une parfaite garce.

ses lèvres trop rouges. ses cils trop longs. trop noirs. son teint trop coloré. c'est une poupée, lys. une gamine qui cherche à jouer l'adulte. parce qu'elle n'est pas conne, non plus. si on n'lui fait pas confiance sur son âge, elle obtient pas sa came. et lys, elle n'a pas l'temps d'se faire recaler. "laisse tomber." souffle-t-elle, n'ayant qu'une seule envie. "j'vais te prendre un 30 de coke" dit-elle poliment, d'une assurance déconcertante. poupée camée, lys.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jem Williams
vendeur de rêve en herbe
avatar

- WORDS : 82

OKAY? OKAY
desires of the moment: tout plaquer.
contact book:
availability: 2/2.

MessageSujet: Re: (lys&jem) périmés nos idylles.   Jeu 29 Déc - 20:48


lys & jem
PÉRIMÉS NOS IDYLLES.

« la politesse. » elle te répond insolente. et ça te fait sourire. imperceptiblement, mais sûrement. t'as les commissures des lèvres qui se retroussent. elle pourrait te plaire si seulement elle était plus dans sa période de puberté, elle pourrait te plaire contre le mur crasseux de cette ruelle, elle pourrait te plaire, les lèvres mordues, les joues rougies, les seins à l'air. t'aime bien quand elles ont du caractère, qu'elles se laissent pas faire, mais celle-là, tu sais pas pourquoi tu la sens pas. et puis la taule, c'est plus pour toi. t'as donné, t'as sué, plus jamais t'y foutra les pieds. des années à trimer, te faire insulter, tabasser. par ces connards de gardiens et de policiers.

suffit qu'elle soit pas majeure, pour qu'on t'y balance sans que t'es rien demandé. et tu les connais les camées, prêtent à s'écorcher les genoux sur le goudron, la bouche ouverte pour un pochon. mentir, elles en ont pas peur. leurs âges, leurs noms, leurs foutues identités, jetés six pieds sous terre, pour quelques grammes de coke. — « quand le seul dealer disponible du quartier te demande ce que tu veux, tu te contentes de la fermer et d’énumérer. » pas le temps de jouer avec les gamines, la nuit quand les étoiles ont fini de jouer à cache-cache avec le soleil, dans la noirceur de ta rue sale, c'est là que les clients se bousculent. pas le temps de t'attarder, c'pas que tu t'intéresses aux billets qu'ils lâchent, mais t'en as besoin de ce fric pour t'offrir ton appartement miteux et tes quelques bières que tu bois devant ta télévision d'occasion.  « j'vais te prendre un 30 de coke. » cette fois, tu ricanes dans la pénombre et cet écho rauque résonne dans le silence qu'est st-mawes la nuit.

depuis que timéo l'autre abruti du quartier s'est fait choper avec la ravitaillement sur lui y'a plus que toi pour exercer le métier. plus que toi pour fournir les plus accrocs, les plus faibles. les plus féroces. une minette de dix huit piges et des talons hauts de douze centimètres vont certainement pas t'arrêter. — « rentre chez toi, joli cœur. papa et maman doivent t'attendre pour te lire une histoire avant que t'ailles te coucher. »

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (lys&jem) périmés nos idylles.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(lys&jem) périmés nos idylles.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» river ↑ je vais me suicider avec un yaourt périmé !
» Calendrier Périmé
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» ANPIL RIMÈ FÈ KONNEN DEZYÈM TOU MANIGAT-CELESTIN, SANBLE MICKI MOURI AN FIM LAN
» MONICA & WILLIAM . "Je vais me suicider avec des yaourts périmés."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: st mawes - uk :: st mawes pier & harbour co-
Sauter vers: